Archives de Catégorie: Résultats et classements

Et de 7 pour le Brésil!

Katowice réussit aux Brésiliens. Devant les 12 000 spectateurs du grand Spodek, la Seleçao a une fois de plus donné une leçon à la planète volley-ball. En s’imposant 3 sets à 1 face à une puissante équipe de  Russie (18-25/ 25-23/ 28-26/ 25-22), les Auriverde ont remporté leur 7e titre en Ligue Mondiale, et une 5e médaille d’or d’affilée. C’est en 2001, déjà à Katowice, que les Brésiliens ont entamé ce chemin victorieux, ne laissant filer le titre qu’en 2002, face à la Russie. Ricardinho Garcia a reçu des mains de Ruben Acosta le titre de Most Valuable Player, tandis que le Polonais Pamel Zagummy était couronné meilleur passeur, conservant son titre des Championnats du Monde de 2006. Dans le match pour la médaille de bronze, la Pologne a cependant craqué sous la pression à domicile permettant aux USA, qui reviennent dans le classement mondial en grande forme, de s’imposer 3-1. La France termine cette Ligue Mondiale 2007 en 6e position.Russi  

awarding ceremony


Publicités

1 commentaire

Classé dans Résultats et classements

Fin de parcours

Une claque. Voila qui peut résumer la teneur générale du match d’hier soir. Les Etats-Unis ont donné à la France une leçon de constance et de détermination. Malgré le retour de Frantz Granvorka dans le six de départ, absent hier pour cause de problèmes de dos, rien n’y a fait, les Bleus n’ont pas trouvé de solution.collectif France

Un collectif soudé

Dès les premiers points les deux équipes se rendent coups pour coups, avec un léger avantage pour les joueurs de Hugh McCutcheon qui pointent en tête d’une courte longueur au premier temps mort technique (8-7). Ce sont les Américains qui, les premiers, se détachent dans ce set (12-9), mais les Bleus reviennent vite au score grâce à une belle série au service de Samica (12-12), jusqu’à ce que le coach américain demande un temps mort. Mais Pujol, après un superbe block à une main, permet aux Français de prendre la tête pour la première fois. C’est une fois de plus Priddy, remarquable par sa constance dans cette compétition, qui remet ses coéquipiers sur les rails, engrangeant jusque 4 points d’avance (19-15), avant que Philippe Blain ne demande un second temps mort. Cet avantage, les
Américains le conserveront jusqu’à la fin, empochant ce premier set.
La seconde manche débute mal pour les Bleus, rapidement menés de 4 points au premier temps mort technique. Le coach Français sort alors Pujol pour faire rentrer Le Marrec, et tenter ainsi de déstabiliser les Américains. Mais il en faut plus pour faire douter les hommes de Priddy qui, en totale confiance, sont impeccables en réception et ne laissent que peu d’espaces aux Bleus (12-6). Handicapée par un jeu de service plus que limite et une carence offensive, la maison bleue prend l’eau en ce milieu de second set, reléguée à 7 points (16-9).
Malgré une petite réaction et de belles phases de jeu de Kapfer, notamment au block, les Bleus ne parviennent pas à combler un écart qui devient réellement inquiétant, ni à changer un scénario qui ressemble de plus en plus à celui de la première manche. Les Américains remportent très logiquement ce deuxième set.

mésentente slavev kapfer

Une mésentente en réception qui coûte cher aux Bleus

C’est le set de la dernière chance qui débute maintenant pour des Bleus qui arborent meilleure mine, prenant l’avantage d’entrée pour mener 4-2 puis 6-3 sur une belle attaque de Slavev. Ils abordent le premier temps mort technique avec un avantage de 3 points, avantage qu’il leur faudra conserver pour continuer à espérer. Les Bleus paraissent tenir le coup, parvenant pour l’instant à contenir les attaques de Gardner et à conserver une courte
longueur d’avance (12-9), grâce entre autres à Le Marrec qui assure à la passe. Frantz Granvorka profite de ce léger ascendant psychologique pour enfoncer le clou sur un énorme service (114 km/h) qui cloue les américains sur place (18-13), Hugh McCutcheon demande alors un temps mort. Mais Granvorka continue sur sa lancée, superbement servi par Le Marrec en passe arrière (19-13). La belle série des Bleus s’achève alors sur une mésentente entre Slavev et Kapfer en réception, moment que choisi Blain pour demander un temps mort à son tour (19-16). Les Bleus perdent petit à petit cette avance sur laquelle ils étaient parvenus à capitaliser, et les Américains reviennent dans la partie (19-18). La tension est à son comble, et les Français parviennent à revenir dans le match, surtout grâce à un Xavier
Kapfer qui tient littéralement l’équipe ce soir. Mais il ne faudra que quelques phases de jeu aux Américains pour remonter à hauteur des Bleus (23-23), jusqu’à ce que Vadeleux offre une balle de set à ses coéquipiers, puis une seconde. Mais ce sont les Américains, plus réalistes qui prendront cette troisième et dernière manche, sonnant pour la France l’heure du retour à la maison.

Vadeleux

Romain Vadeleux, un talent prometteur

C’est sur ce court match que les Bleus font leurs adieux à la compétition. Ils auront su faire honneur à cette Wild Card octroyée par la FIVB mais auront une fois de plus payé leur problème de constance, une incapacité à reproduire deux soirs de suite le même niveau de jeu. Cependant la route vers les Championnats d’Europe de Septembre se poursuit, et le match d’hier soir face à la Pologne est indubitablement porteur d’espoir. La leçon à retenir est double: d’abord il va falloir sérieusement travailler sur ce manque de constance qui fait alterner le meilleur comme le pire. Ensuite, peut-être va-t-il falloir se débarasser de cette peur de gagner. Toujours est-il que cette Ligue Mondiale a permis de révéler de nouveaux talents prometteurs au sein du collectif France. En espérant que le mental suive pour les grandes échéances à venir.

Le score:

21-25/ 20-25/ 26-28

Les réactions:

Stéphane Antiga: « Je suis très triste ce soir, je suis persuadé sue l’on pouvait mieux faire. On n’a vraiment pas été bons en réception et logiquement l’attaque n’a pas suivie. Les Etats-Unis ont été forts dans tous les secteurs de jeu et ont su attendre nos erreurs. »

Philippe Blain: « Je voudrais avant tout féliciter les Etats-Unis pour leur niveau de jeu, pas seulement ce soir mais sur l’ensemble de cette compétition. Ils ont été excellents sur toute leur préparation et sur l’organisation de l’équipe. J’ai vraiment apprécié leur façon de jouer. »

7 Commentaires

Classé dans Résultats et classements

A quelques points de l’exploit

La Pologne est décidément le pays du volley. Ecrans géants, véritable village devant le stade, plateaux TV en direct au milieu de la foule… mais surtout une horde fantastique de supporters polonais, une véritable marée rouge et blanche. Autant dire que l’ambiance du Spodek pour ce match Pologne/ France était plus que survoltée. Les « Polska, Polska » ont ponctués le match. L’entrée des joueurs se fait individuellement, sous les poursuites de lumière et les ovations des supporters, un véritable show à l’américaine!

pom pom pol

Chaude ambiance dans le Spodek

Le spectacle continue ensuite sur le parquet où les deux équipes se livrent un combat acharné. Les Polonais prennent l’ascendant en ce début de rencontre. Faisant preuve d’une attaque puissante et d’un block efficace, ils mènent 8-4 au premier temps mort. Le public transcende les rouge et blanc. Le Spodek retentit d’une véritable cacophonie, les seuls
moments de silence ponctuent les points gagnants des Bleus. Ces derniers font preuve d’une belle combativité, revenant à 1 point des Polonais (18-17) après avoir été menés de 5. C’est le moment que choisit leur Raul Lozano, l’entraîneur polonais, pour demander un temps mort.Mais il en faut plus pour refroidir les Français qui recollent au score à 20-20 puis à 21-21. Ils perdent alors une belle occasion de mener sur un ballon mal géré par Samica, puis ratent une belle balle de set offerte par un superbe ace de Pujol. Chaque point devient une lutte, et c’est sur un score hallucinant de 38-36 que se termine ce set de longue haleine, à l’avantage de Polonais plus réalistes.
Le deuxième set commence sur les chapeaux de roues, les Bleus prennent l’ascendant, menant 8-7 au premier temps mort technique. L’atmosphère est plus tendue, les décisions de l’arbitre souvent contestées. Les Polonais reprennent momentanément la tête, profitant des trop nombreuses erreurs françaises, particulièrement sur le service. A 17-17, que les hommes de Philippe Blain se réveillent. Ils enchaînent alors coups de génie sur coups de bluff et plient ce deuxième set avec 6 points d’avance.
Surfant sur cette bonne lancée, les Français foncent tête baissée dans le troisième set. Sans complexes et emmenés par Samica, Vadeleux et un Antonin Rouzier étonnamment solide étant donné sa très faible expérience internationale font des merveilles. Ils comptent jusqu’à 5 points d’avance (15-10). Une grosse frayeur glace alors le camp français alors que Pujol s’écroule se tenant le mollet en retombant de service. Malgré la sortie de leur passeur, les Français tiennent le cap, s’octroient une balle de set et emportent la manche.

contre puj/pol

Un contre engagé, à l’image du combat mené par les deux équipes

Tous les espoirs sont permis alors que Pierre Pujol réintègre alors le groupe, sans doute victime de crampes dues au rythme effréné de la rencontre. Mais galvanisés par leur incroyable public les Polonais reviennent plus motivés que jamais sur le court. Ils enchaînent les points gagnants (4-0 puis 6-1) jusqu’à ce que Philippe Blain demande un temps mort pour réfréner leurs ardeurs. La tâche est rude pour recoller au score, et les Bleus ne parviennent pas à se rapprocher à plus de 3 points. Le coach de l’équipe polonaise continue avec succès de faire tourner son effectif. Tous ses joueurs ont d’ores et déjà foulés le Taraflex, et mènent à présent 17-13. Le set file alors rapidement, avec un écart toujours semblable, jusqu’à ce que Vadeleux réduise la marque en attaquant par le centre sur une passe courte de Pujol qui fixe la défense polonaise (22-19). La pression des Polonais sur la défense française est trop forte. Les Bleus concèdent donc logiquement ce 4e set.

Dans un tie-break qui s’annonce épique, les Bleus prennent l’ascendant psychologique en remportant les deux premiers points sur une attaque de Vadeleux puis une faute de Szymanski. Mais les Polonais recollent immédiatement au score après un block de Samica qui prend le filet et sort. Scénario identique pour les 4 points suivants. Les rouge et blanc pointent alors pour la première fois en tête dans ce tie-break sur une attaque de Winiarski (5-4). Un block exceptionnel des« anciens » (Kieffer et Antiga) remet alors les équipes à égalité (6-6). Au changement de côté les Polonais ont une légère longueur d’avance (8-7). Le public est comblé par ce suspens insoutenable et reste debout depuis le début de ce tie-break. C’est sur un block-out des Français que la victoire semble choisir son camp, les rouge et blanc mènent alors 11-8 puis 12-8. Malgré une belle résistance les Bleus ne peuvent arrêter leurs adversaires. Une faute de fil les prive définitivement de tout espoir, et offre aux Polonais 4 balles de match. Ces derniers n’auront besoin que de deux pour remporter ce premier match de la poule E.

rouzier MVP

Antonin Rouzier, MVP modeste

Les Bleus auront certainement des regrets d’avoir concédé cette rencontre qui s’est jouée à très peu choses. Mais ils sortiront sans aucun doute confortés et rassurés par le très beau niveau de jeu déployé ce soir. Quant à Antonin Rouzier, chargé de faire oublier un Frantz Granvorka blessé, il aura tout simplement géré son match de main de maître, s’offrant même le luxe d’en sortir MVP. Cette première Ligue Mondiale sera celle de la révélation pour le jeune homme de 21 ans qui représente déjà l’un des meilleurs atouts du renouveau du volley français.

Le score:

38-36/ 19-25/ 21-25/ 25-21/ 15-11

Les réactions:

Antonin Rouzier: « On a vu ce soir une grosse prestation des Polonais. Pour un premier match je suis évidemment content d’être sorti MVP, mais pas totalement satisfait de ma prestation sur le terrain. On craque dans la tête au tie-break alors que l’on est encore dans le coup physiquement. C’est là que je me rends compte des exigences du haut niveau. Ce qui est sûr c’est que demain nous n’avons pas le droit à l’erreur, nous sommes invités, on doit faire honneur à cette wild-card et on a vraiment envie d’aller en demi. »

Toutes les photos des Bleus sur: http://liguemondiale.ffvolley.org

7 Commentaires

Classé dans Résultats et classements

Surprise dans la poule F

C’est une salle pleine (12000 spectateurs) qui accueille les deux équipes de la Bulgarie et du Brésil. Cornes de brume, dirigeables, jeux de lumières et spectacles de danse, le ton des cinq journées à venir est donné. Et le plaisir des joueurs d’évoluer dans ce temple du volley-ball illumine leurs visages.

bulgarie vs bresil


Les deux équipes sont motivées, et sont quasi identiques à celles qui ont disputé le Championnat du Monde au Japon. Les deux collectifs cherchent leurs marques, et de nombreuses fautes  ponctuent ce premier set. Mais dès la fin de premier set les collectifs rentrent dans le jeu et l’affrontement commence vraiment, les Brésiliens s’emparent de la manche.
La fin du second set est complètement folle. La Bulgarie, après 3 attaques contrées, s’appuie sur Kaziyski qui transperce la défense brésilienne et marque un point décisif (19-22) qui permet à l’équipe d’empocher ce second set.
Le troisième set est un véritable bras de fer, malgré le niveau de jeu de Kasiyski, épaulé par un Nikolov en grande forme, les deux joueurs paraissent seuls et ont du mal à tenir la maison bulgare, les Auriverde prennent la manche à l’usure.
Surmotivés par un public tout acquis à leur cause, les Bulgares ne tombent pas dans le piège tendu par la Seleçao et parviennent à revenir à 2 sets partout. Kaziyski se montre encore décisif, avec 19 points au bout de ces 4 sets, soit 4 de plus que le brésilien Giba.
Dès le début du tie-break les Bulgares créent la surprise, menant rapidement 7 à 3. Les Brésiliens ne parviennent pas à revenir en s’inclinent pour ce premier match de phase finale.
Le ton est donné, cette Ligue Mondiale 2007 va sûrement offrir son lot de surprises.

Le score:

25-21/ 20-25/ 25-21/ 23-25/ 12-15

Poster un commentaire

Classé dans Résultats et classements

A nous la Pologne!

Après la sévère défaite de dimanche contre des Japonais à domicile, on n’y croyait plus. Pourtant, l’équipe de France sera bien la 6e équipe du Final Six, grâce à la Wild Card accordée par la FIVB. Retour sur un week-end mouvementé.

jap/fce Le Marrec à la passe.

Samedi:

Menés 2 sets à rien à Tokyo, les Bleus ont su revenir au score pour finalement emporter le match au terme d’une véritable bataille. Malgré les tentatives désespérées de Granvorka et Pujol, enfin de retour sur les terrains, les Français sont passés à côté des deux premiers sets, à l’image de Gérald Hardy-Dessources, performant sur les premiers points mais s’essoufflant très vite. Mais le combat change d’âme dès le début du 3e set. Samica, Kieffer et Slavev sortent le grand jeu, au block et à l’attaque. Granvorka, bien servi par Le Marrec à la passe depuis le milieu du 2e set, conclut l’affaire 25-19. Tout reste à faire. Le 4e set est très serré, les deux équipes se retrouvant à 20 partout mais les hommes de Philippe Blain ont su profiter de la petite faiblesse des Japonais à l’attaque pour finir sur un 26-24. Dans le tie-break, le block de Hardy-Dessources, revenu au meilleur de sa forme, combiné à la puissance de Slavev, Samica et Kieffer, fait la différence. Un match remporté à l’arraché. A ce moment là, la France peut encore espérer gagner la 1e place en comptant sur un faux-pas américain.

Le score:

24-26/ 19-25/ 25-19/ 26-24/15-11

Les réactions:

Shinya Chiba, capitaine du Japon: « Faire les derniers points, c’est cela qui compte, et nous avons fait des erreurs à un moment où nous ne devions pas en commettre. Nous avons perdu le 3e set parce que nous nous sommes déconcentrés et reposés sur les deux premiers. »

jap/fce hardy Pujol sert Hardy-Dessources sur un plateau

Dimanche:

Plus dure sera la chute. Après s’être battus la veille jusqu’à bout de souffle, les Bleus n’ont pas su rester sur une dynamique de victoire. Le Japon a mis un terme à 10 défaites consécutives contre la France en imposant un sévère 3-1 aux Français. Ce soir-là, ce fut aux hommes de Ueta de proposer un contre puissant, mettant à mal les attaques françaises. Malgré les passes précises d’un Pujol inspiré, rien n’a pu arrêter Shimizu à l’aile. Si la France remporte le premier set 25-19, les Japonais ne font aucun cadeau dans les trois suivants. Les services de Koshikawa dans le troisième set ont tellement secoué Slavev que celui-ci s’est fait sortir du six majeur. De même, l’ace de Ishijima à 16-9 remet Geiler sur le banc. La réception française a encore une fois peiné. Quatrième set, Slavev, Pujol et Granvorka permettent à la France de mener 16-13 au deuxième temps mort technique. Pourtant, le service japonais creuse l’écart dans le sens inverse: un nouvel ace de Koshikawa permet à l’équipe de nipponne de mener 24-20, de finir le match et d’enterrer les derniers espoirs de la France pour le Final Six, d’autant plus que les Etats-Unis battaient l’Italie par deux fois dans le même temps.

Le score:

19-25/ 25-20/ 25-19/ 25-20

Les réactions:

Philippe Blain: « Je pense que le Japon a mieux joué que la France aujourd’hui, c’est pourquoi nous avons perdu. Nous n’avons pas bien joué en défense, particulièrement sur les réceptions de service, et nous n’avons pas bien attaqué non plus. Le calendrier de la Ligue Mondiale était serré et avec tous ces voyages, nous n’avons pas assez insisté sur la préparation. Pourtant, nous sommes satisfaits de notre deuxième place dans cette poule, face à des équipes comme les Etats-Unis et l’Italie. J’espère que la FIVB va nous choisir pour la wild card pour accéder au Final Six. »

jap/fce BlainPhilippe Blain à la limite de s’arracher les cheveux.

Lundi:

Fin du suspense, la FIVB annonce l’octroi de la wild card à … la France. Deuxièmes de leur poule, les Français étaient en concurrence sérieuse avec la Finlande et Cuba. Mais les bons résultats de l’an dernier et la bonne couverture de l’évènement cette année à domicile ont fait pencher la balance. Les hommes de Philippe Blain rejoignent donc la Pologne et les Etats-Unis dans la Poule E, et le Brésil, la Bulgarie et la Russie dans l’autre poule, pour le Final Six à Katowice, du 11 au 15 juillet.

victoire!

A nous le Final Six

3 Commentaires

Classé dans Résultats et classements

Les USA en tête

Les Etats-Unis n’ont pas fait dans le détail le week-end dernier au Japon. 2 matchs, 2 fois 3/0, net et sans bavure. Cette 8e victoire sur 10 rencontres disputées installe les Américains en tête de la poule B.

Le score des matchs

Match 1: 25-17/ 25-23/ 25-15

Match 2: 25-23/ 25-22/ 25-22

Un peu de calcul…

La Bulgarie, la Pologne, le Brésil et la Russie sont déjà assurés de jouer le Final Six. Deux places sont encore à prendre mais la qualification de la France, à deux points des USA (18/16), n’est aujourd’hui plus entre ses mains. Une victoire nette sur le Japon ce week-end sera nécessaire mais pas suffisante. Il faudra aussi compter sur un faux pas des hommes de Hugh Mc Cutcheon, qui semblent pourtant en très grande forme. Reste à espérer l’invitation « wild card » de la FIVB…

Poster un commentaire

Classé dans Résultats et classements

Si près du but…

Sept balles de match sur deux soirs… et seulement une concrétisée, un pourcentage à l’image de la prestation des Bleus au POPB ce week-end. Vendredi soir, tout le public y croyait. Après un premier set remporté à l’arraché, les hommes de Philippe Blain sont retombés dans leurs travers habituels: fautes de réception, service largement dehors et un contre quasi-inexistant. Mais le sens de l’honneur typiquement français, comme les consignes de Blain ont permis aux coéquipiers de Granvorka de passer à côté d’une véritable correction. Deux sets complètement manqués ne sont pas venus à bout de la détermination des Bleus, en blanc pour l’occasion. Les Bleus ont retrouvés leurs moyens mais étaient pourtant à la peine pour remporter le 4e set. Dans le 5e, une véritable bataille s’est engagée, entre deux équipes qui se testent à chaque rencontre autant qu’elles s’apprécient. Mais les Azzurri ont été les plus réalistes. Les Français n’ont pas su concrétiser leur avance, alors que les hommes de Montali ont su asseoir leur domination. Au final, un beau, très beau spectacle pour les 9000 spectateurs du POPB, mais une chance qui s’envole pour la qualification du Final Six. Malgré tout, et pour reprendre les mots de Philippe Blain, cette équipe composée de cadres et de jeunes pousses sait trouver les ressources et puiser dans ses réserves. L’essentiel pour l’instant est peut-être là.

fce it

 

Les tentatives désepérées de Granvorka et Exiga pour sauver leur équipe

Le score:

25-23 / 18-25 / 19-25 / 25-23 / 17-19

Les réactions:

Frantz Granvorka:
« Nous sommes tous un peu déçus ce soir, c’est quasiment une qualification pour le Final Six qui s’envole. Maintenant il faut se concentrer sur notre jeu et continuer à travailler. Cette équipe de France est jeune et composée de joueurs dont certains sont inexpérimentés à ce niveau de compétition. L’Italie a fait un gros match, c’est comme cela que cela se passe au plus haut niveau, il va falloir rebondir. »

Gianpaolo Montali, coach de l’équipe italienne:

« Je suis vraiment heureux du match qu’on a fait ce soir. On a vraiment bien joué, aussi bien que pendant les entraînements de la semaine. De plus, on a gagné contre la France, une équipe qui ne baisse jamais les bras,et qui est toujours dur à jouer. »

 

 

2e match:

Voilà la France qu’on aime. Enfin les attaques de Samica font mouche, enfin le block parvient à contrer le percutant numéro 8 italien. Rouzier, entré à la place de Granvorka, fatigué par ses performances de la veille, lâche son bras et parvient à passer au-delà de l’impressionnant block italien. Grâce à un jeu solide, un service puissant et rusé, et un bon jeu au centre, les Bleus ont réussi à prendre leur revanche en 4 sets. Et pourtant, tout aurait pu être conclu en 3 sets, mais 3 balles de match ont encore échappé aux Français. En cause? La peur de gagner peut-être, ou une certaine inexpérience des plus jeunes. Toujours est-il que cette fois, les Bleus n’ont pas raté l’occasion de faire oublier la défaite de la veille. Samica et Kieffer, bien aidés par Rouzier, ont fait la différence. Cette fois, la Squadra Azzurra n’était pas dans son match, à l’image d’un Cisolla fortement diminué, enchaînant les services out et les attaques manquées. Les Bleus n’ont pas flanchés et remportent donc le 4e set et le match, sans l’ombre d’un doute. Si seulement le niveau de jeu des hommes de Philippe Blain avait été aussi élevé la veille, le sort des coéquipiers de Pujol, blessé et assistant au match depuis les gradins, n’aurait pas été aussi dépendant du score des USA. Advienne que pourra. Mais cette équipe de France rajeunie a de beaux jours devant elle.

block fce it

Le Blok français enfin retrouvé

Le score:

25-23 / 25-20 / 25-27 / 25-14

Les réactions:

Philippe Blain: « Nous sommes très contents du résultat, particulièrement d’avoir su élever notre niveau de jeu par rapport à hier. N’oublions pas qu’au delà de la Ligue Mondiale, notre objectif prioritaire est la préparation olympique »

Gianpaolo Montali, coach italien: « Malheureusement nous n’avons pas su reproduire le jeu d’hier soir. Nous avons surtout beaucoup souffert de la qualité de service des Français, et nous avons montré beaucoup moins de détermination. La France est une très bonne équipe qui ne laisse pas de place à l’erreur chez l’adversaire. »

9 Commentaires

Classé dans Résultats et classements